Carte des Défibrillateurs

Accèdez à la carte de localisation et de recherche d'un défibrillateur

Voir plus...
Que faire en cas d'urgence?

Retrouvez ici un guide des gestes à effectuer en cas d'urgence

Voir plus...
Actualités

Actuellement il y a:

384 Défibrillateurs validés

2 Défibrillateurs en cours de validation

Total de visites : 28130

Aujourd'hui : 15

Visiteurs en ligne : 2

Lire la suite...
Photos

Accèdez à la galerie photos

Voir plus...
Vidéos

Accèdez aux vidéos

Voir plus...

Le projet RESCUE 39 devient DEFIBRIL-JURA

Le dispositif DEFIBRIL-JURA englobe un réseau de défibrillateurs installés dans de nombreuses communes du Jura, recensés et localisables par tous afin de trouver le défibrillateur le plus proche.
Lorsque les Sapeurs-Pompiers ont connaissance de l’installation d’un défibrillateur, celui–ci est recensé dans leur base de données après que les informations aient été vérifiées.
Ce recensement permet aux Sapeurs-Pompiers d’obtenir une base de données fiable, qui fait l’objet d’une cartographie précise pour indiquer le défibrillateur le plus proche.
Le site Internet www.defibril-jura.fr met à la disposition du grand public l’ensemble des informations ainsi que de précieux conseils sur le comportement à adopter lorsqu’on est témoin d’un arrêt cardiaque.
Les Sapeurs-Pompiers du Jura se tiennent à la disposition des maires pour dispenser à leurs habitants des informations gratuites de groupe sur les défibrillateurs, et proposent également des formations aux premiers secours ainsi que des conseils pour l’installation de défibrillateurs.

Comment fonctionne ce réseau?

Lorsqu’une personne est témoin d’un arrêt cardiaque, elle compose le 18, qui est le numéro des Sapeurs-Pompiers (dans le Jura, le 112 met également en relation avec les sapeurs-pompiers).
Cet appel est reçu au Centre de Traitement de l’Alerte, à Montmorot, où un opérateur pose des questions à l’appelant: « Est-il conscient? Respire-t-il? ».
De là, les secours sont alertés, et l’opérateur pourra guider l’appelant vers le défibrillateur le plus proche en attendant les secours.

Depuis 2007, chacun peut mettre en œuvre un défibrillateur.
Les défibrillateurs accessibles au grand public sont qualifiés « d’automatisés externes ».
Il en existe deux types :
- Les défibrillateurs semi-automatiques (DSA) demandant d’envoyer un choc électrique par le bouton prévu à cet effet ;
- Les défibrillateurs entièrement automatisés (DEA) effectuant toutes les manœuvres en autonomie, même la délivrance du choc, après avoir prévenu les témoins de s’écarter de la victime.
L’appareil analyse lui-même le rythme cardiaque de la victime afin d’évaluer la nécessité de délivrer le choc électrique pour la réanimation.
Si l’analyse du rythme cardiaque met en évidence le besoin de délivrer un choc, alors le défibrillateur donne l’ordre d’envoyer le choc.
L’appareil n’envoie un choc que s’il détecte une fibrillation ventriculaire, qui est un « battement anormal » du cœur.
Le cœur fonctionne, mais de façon chaotique.
Le choc électrique va redonner un rythme normal (dit « sinusal ») au cœur.
S’il détecte d’autres mouvements anormaux du cœur (asystolie, arythmie) ou aucun rythme cardiaque, le défibrillateur n’enverra alors aucun choc.
Il demandera de continuer le massage cardiaque, et donnera le rythme pour les compressions thoraciques.
Il est important de signaler qu’il n’y a aucun danger, ni pour la victime, ni pour la personne qui porte secours.
Pendant que le choc électrique est délivré, il ne faut pas toucher la victime, mais c’est seulement pour que le choc bénéficie à la victime, et non pas au secouriste qui serait en contact avec elle.
SDIS du Jura U.D.S.P du Jura Conseil Général du Jura Fédération Française de Cardiologie